Résultats de LIGO-Virgo durant O3, après un mois d’observation

C’est une une jolie moisson de données qui a demandé beaucoup de travail et qui vient récompenser les scientifiques après seulement un mois de campagne de détection d’ondes gravitationnelles par Virgo et LIGO. O3, comme est appelée cette troisième campagne d’observation, a commencé le 1er avril et devrait durer douze mois. Les améliorations apportées à la sensibilité des trois détecteurs LIGO-Virgo et le fait qu’ils fonctionnent simultanément ouvrent des perspectives sans précédent. C’est aussi la première fois que LIGO et Virgo fournissent des alertes publiques aussitôt qu’est observé un candidat crédible de signal gravitationnel transitoire. Cette stratégie vise à faciliter les observations concomitantes par les télescopes et renforcer le potentiel extraordinaire des observations multi-messagers.

« Je n’aurais pas pu rêver de meilleur moment pour être de quart ! », raconte Olivier Minazzoli, chercheur au Centre Scientifique de Monaco, collaborant actuellement avec le laboratoire ARTEMIS à Nice, et en charge de la caractérisation de Virgo au cours de la semaine passée. « Je m’attendais à voir un candidat paire de trous noirs, au mieux, mais certainement pas deux couples d’étoiles à neutrons, et encore moins ce qui pourrait être une grande première : l’absorption d’une étoile à neutrons par un trou noir ! »

=> Lire la suite.

Création de la startup SigmaWorks

Le laboratoire Geoazur et le laboratoire Lagrange ont développé de nombreux projets autour des équipements du site instrumenté de l’Observatoire de la Côte d’Azur (Caussols), en particulier dans le domaine des liens optiques entre la terre et l’espace pour la métrologie de l’espace et du temps-fréquence, l’astronomie et les télécommunications optiques.

Les développements de ces projets ont conduit à créer l’entreprise de valorisation SigmaWorks en s’appuyant sur la loi sur l’innovation et la recherche.

SigmaWorks prospecte dans les domaines du temps fréquence avec de solides bases en chronométrie ultra stable, métrologie des distances, distribution de signaux et télécom optique en espace libre. L’entreprise s’appuie sur un savoir faire en conception et fabrication dans les domaines de l’électronique rapide, des réseaux logiques programmables, de l’optique, de la mécanique et de l’informatique. Elle est dimensionnée pour à la fois réaliser des études amonts spécifiques (étude et conception-fabrication de prototypes) et des réalisations en série.

SigmaWorks est basée dans le sud de la France et est notamment hébergée sur le site instrumenté de l’Observatoire de la Côte d’Azur.

=> Contact.

International Conference on Quantum metrology and Sensors

The ‘International Conference on Quantum Metrology and Sensing’ IQuMS 2019 will be held at Ecole Normale Supérieure in Paris, France from the 09th to the 13th of December 2019. It will present an up to date perspective on this thriving field of quantum science and technology.

The conference will notably cover the topics of atomic clocks and inertial sensors; sensors based on artificial atoms in solids, such as color centers; quantum opto-mechanical and nanomechanical devices; electromagnetic sensing with quantum circuits; measurement standards based on quantum phenomena for the revised SI. The conference aims to showcase recent progress and to review emerging perspectives.

The scientific program will combine tutorials and invited talks by prominent specialists, contributed talks, poster presentations and a panel discussion. For more information about the conference, confirmed invited speakers and the provisional program visit the website: https://iqums.sciencesconf.org/

Deadline for abstract submission: 14th of July 2019.

Deadline for application: 15th of October 2019.

Noël Dimarcq élu président du CCTF

Le CIPM (Comité international des poids et mesures) a désigné Noël Dimarcq comme président du comité consultatif du temps et des fréquences (CCTF) à l’occasion de sa 108ème réunion, en mars 2019.

Noël Dimarcq est directeur-adjoint de l’Observatoire de la Côte d’Azur et a été élu au CIPM au cours de la 26ème CGPM en novembre 2018. Il fut également directeur du réseau FIRST-TF de sa création en 2010, à 2018.

=> Plus d’informations.

Serge Galliou (FEMTO-ST) laureate of the 2019 W. G. Cady Award

The 2019 W. G. Cady Award goes to Dr. Serge Galliou, « for pioneering the development of extremely high-Q cryogenic Bulk Acoustic Resonators for sensing, oscillators, and fundamental applications ».

The W. G. Cady Award recognizes outstanding contributions related to the fields of crystal resonators, frequency control, frequency synthesis, noise measurement and sensor devices.

=> More information.

Jérôme Lodewyck (SYRTE) laureate of the EFTF Young Scientist Award 2019

The EFTF Young Scientist Award 2019 goes to Dr. Jérôme Lodewyck , »for outstanding contributions to the development of Sr optical lattice clocks and of applications of optical frequency standards to timekeeping ».

The EFTF Young Scientist Award is conferred in recognition of a personal contribution that demonstrated a high degree of initiative and creativity and led to already established or easily foreseeable outstanding advances in the field of time and frequency metrology. The award honours a person under the age of 40 at the date of the opening session of the EFTF conference.

=> More information.

8 février 2019 (Marseille) – Soutenance de thèse de Mathieu Collombon

Mathieu Collombon soutiendra sa thèse le 8 février 2019 à 11h sur le sujet « Résonance noire à trois photons sur un nuage d’ions Calcium confinés », préparée à PIIM, sous la direction de Martina Knoop.

La soutenance aura lieu en salle des thèses sur le campus de St-Jérôme à Marseille.

Vous êtes tous chaleureusement conviés au traditionnel pot de thèse qui suivra au service 322 (Cafétéria du labo).

Résumé :

Les travaux présentés dans cette thèse décrivent l’ensemble de la démarche expérimentale qui a été mise en place afin d’observer un piégeage cohérent de population à trois photons sur un nuage d’ions Calcium confinés en piège radio-fréquence. La réalisation d’un tel processus cohérent repose sur des contraintes expérimentales fortes concernant la relation de phase entre les trois lasers impliqués dans le processus d’interrogation ainsi que sur leurs finesses spectrales. Notre approche est basée sur l’optimisation des performances d’un laser stabilisé à 411 THz (729 nm) pour atteindre une stabilité de fréquence relative inférieure à 10−14 à 1 s. Ces performances ont ensuite été transférées vers un peigne de fréquence optique. Le comportement de cet instrument ainsi que les performances du transfert sont présentés dans ces travaux. Le peigne est alors utilisé comme oscillateur de transfert pour asservir les deux autres lasers impliqués dans l’interrogation des ions (866 nm et 794 nm). Grâce à ce travail sur la mise en relation des trois sources laser, ainsi que l’optimisation de leur qualités spectrales nous avons pu observer les premières résonances noires à trois photons dans le spectre de fluorescence des ions 40Ca+. Ces résultats originaux ainsi que les premières études systématiques du comportement de la résonance en fonction de différents paramètres expérimentaux sont présentés. L’analyse de ces résultats a permis de définir clairement les conditions expérimentales à respecter pour une potentielle utilisation métrologique de cette résonance qui émane d’une superposition cohérente d’état stable ou métastable.

25ème Congrès Général de la Société Française de Physique

Lundi 8 juillet 2019 de 16h30 à 18h30 : Session parallèle 1.4 « Mesures de précision avec des peignes de fréquences optiques ». Cette session a pour objectif de présenter les derniers résultats obtenus grâce aux peignes de fréquence optique qui sont à la fois des outils de calibration absolue incontournable et des sources d’excitation pour des schémas d’interrogation originaux en spectroscopie atomique et moléculaire. D’autre part, ils permettent des comparaisons de fréquences entre horloges distantes, à des niveaux de précision inégalés. Ainsi, les mesures de précision avec des peignes de fréquences optiques se retrouvent désormais dans des domaines variés de la physique allant de la spectroscopie moléculaire aux tests des modèles fondamentaux ou encore à la géodésie.

Unique en France, le Congrès Général de la Société Française de Physique offre tous les deux ans un panorama actualisé et multidisciplinaire des dernières avancées en physique, tous domaines confondus. Il attire en moyenne 650 physiciennes et physiciens, dont 1/3 de doctorants et post-doctorants.

Au programme de la 25ème édition, du 08 au 12 juillet 2019, à la Cité des Congrès de Nantes (France) : conférences plénières s’adressant à l’ensemble de la communauté ; sessions thématiques; sessions « Science & Société » offrant l’occasion de réfléchir ensemble à des problématiques d’intérêt sociétal (emploi des jeunes physicien.ne.s, enseignement des sciences, publications scientifiques, femmes en physique, physique & entreprise, énergie & environnement…) ; expositions industrielle et de culture scientifique ; 2 sessions posters.

Date limite de dépôt des contributions : 25 mars 2019.

Date limite d’inscription (tarifs préférentiels) : 15 mai 2019.

=> Plus d’informations, inscriptions, contributions.

Transfert de la mission de diffusion du signal horaire par voie hertzienne terrestre à l’Agence nationale des fréquences

« Les dispositions prévues au I de l’article 233 de la loi n° 2018-1021 du 23 novembre 2018 portant évolution du logement, de l’aménagement et du numérique entrent en vigueur à compter du 1er janvier 2019. »
« A compter de cette date, l’Agence nationale des fréquences se substitue de plein droit à l’Etat dans les marchés et conventions conclus par l’Etat pour assurer la continuité de la diffusion par voie hertzienne terrestre de données horaires du temps légal français. Ces marchés et conventions sont exécutés dans les conditions antérieures jusqu’à leur échéance, sauf accord contraire des parties. La substitution de l’Agence nationale des fréquences à l’Etat n’entraîne aucun droit à résiliation ou à indemnisation pour les cocontractants. L’Agence nationale des fréquences et l’Etat informent conjointement les cocontractants de cette substitution. »

=> Arrêté du 12 décembre 2018.
=> Article 233 de la loi n° 2018-1021 du 23 novembre 2018.